Lundi 4 juin 1 04 /06 /Juin 06:36

[Une petite histoire que j'ai trouvé sympa, pubiée par Cyrillo sous le pseudo de Hum18 mais revendiquée en paternité par Franck en commentaire. Je lui fais confiance !)

Arnaud S.]

 

Une petite présentation, je suis un homme marié, la quarantaine passé et je gère une petite société de sécurité. Il y a quelques mois j’ai pris un contrat de surveillance d’un chantier, seul problème, il fallait commencer la surveillance le soir même.

Mes salariés étant déjà affectés sur d’autres contrats et ceux qui était de repos n’étaient pas disponibles ! La galère commençait, où trouver un agent de sécurité en urgence ?

Au bout de plusieurs appels, un de mes salariés dit connaitre un voisin qui connait un copain qui connait….., bref le dernier connaissant un agent de sécurité éventuellement disponible. N’ayant pas le choix, je demande à ce que cette personne me contacte rapidement pour définir les modalités d’embauche.

30 mn plus tard, je reçois l’appel de ce fameux agent de sécurité, on ne peut pas dire qu’il soit très délicat au téléphone (on peut comprendre pourquoi il est disponible), je lui fixe donc rendez-vous au bureau pour l’heure suivante.

Il arrive avec près de 20 mn de retard, il s’en excuse même pas et s’assoit face à mon bureau sans même attendre que je l’y autorise. Je ne suis pas trop surpris compte tenu de l’entretien téléphonique que nous avions eu, coté présentation, sa tenue va avec le reste, basket, jogging … et une façon de s’exprimer qui ne colle pas vraiment avec mes souhaits en terme de recrutement, mais je n’ai pas vraiment le choix.

Il s’appelle Hakim, 20 ans, il doit faire 1,80 m, mais pas très costaud, malgré sa dégaine désastreuse, je me dis qu’avec un uniforme ça devrait passer et ce n’est qu’un chantier, il ne croisera personne.

Il me tutoie direct, et il met carrément des conditions à son embauche :

- Moi c’est au « black », ok, tu me donne XXX euros pour la nuit et je prends le job, t’es ok ou pas ?

Je suis pris à la gorge, je ne peux qu’accepter et lui indique l’adresse du chantier, les horaires, …

A 20h00, heure de sa prise de service, je ne reçois aucun appel de sa part pour

m’indiquer qu’il est sur place. Je le contacte, il décroche :

- Ouhai

Moi :

- Vous êtes sur place ? Vous m’avez pas appelez pour votre prise de service ?

Hakim :

- Stress pas, je suis sur le chantier, je ne vais pas t’appeler toutes les 5 mn,

au faite mon fric tu me le donne quand ?

Moi :

- Euh (un peu désarçonné par sa façon de me parler, je ne suis pas habitué à ça

avec mes salariés), je ne sais pas, passez au bureau dans la semaine

Hakim :

- Tu me prends pour un bouffon ou quoi, je le veux cette nuit ou je dégage

Moi :

- Bon, mais je bosse jusqu’à minuit, je passerais après, ça vous va

Hakim :

- Ouhai

Et il raccroche

Heureusement qu’il ne travail qu’une nuit pour moi celui là, c’est une vrai catastrophe.

A 21h30, la mission sur laquelle j’étais prend fin pour cause de vent trop fort pour les chapiteaux de la manifestation. Ce qui m’arrange, je suis crevé ce soir.

Je décide donc d’aller payer ce Hakim maintenant.

Après un détour à un distributeur, j’arrive sur le chantier à 22h00, je stationne à proximité et me dirige vers le bâtiment.

J’accède facilement au rez de chaussée (c’est un immeuble de quatre étages), pas d’Hakim, 1ère étage toujours personne ! Je ne m’attendais pas à une surveillance parfaite avec lui, mais là ça devient catastrophique, fini la diplomatie, j’ai besoin de lui, mais il y a des limites.

Puis j’entends du bruit venant des étages supérieur, plutôt des cries très étouffés. Je monte les étages en direction des voix, parce que c’est bien des voix que j’entends, et surtout des éclats de voix féminin, je commence à comprendre, il se tape sa copine sur son lieu de travail, quel connard.

Je monte les étages jusqu’à la pièce qui lui servait de « baise au drom », mais à peine arrivé à la porte, surprise ! Une femme qui avait plus de 20 ans que lui était allongée sur le dos sur des plaques de placo, habillée semble t’il, la jupe relevée et Hakim torse nu, le treillis sur les chevilles, grimpé sur elle ! Il l’a baisait d’une force inouïe, d’une telle violence que j’étais impressionné, n’ayant jamais imaginé

une telle vigueur dans un acte sexuel.

Du coup, je ne savais plus comment réagir, je m’attendais à une jeune fille, sa copine, mais pas à une femme de mon âge ! Dans le doute, je décide de me faire discret, d’attendre que cette femme soit partie pour régler mes comptes avec Hakim. Je retourne à ma voiture et attend patiemment qu’elle quitte le chantier.

Quelques minutes plus tard, la femme sort du chantier accompagné d’Hakim. Elle se dirige vers une voiture stationnée à proximité, ouvre la voiture, sort son sac et fouille à l’intérieur, en ressort des papiers (je n’arrive pas à distinguer de ma position), et les remets à Hakim qui fait demi-tour et retourne au chantier, puis elle monte dans sa voiture et démarre.

Je n’y crois pas ! Elle l’a payé pour l’avoir baisé !!!!

Il ne doute de rien ce con, il fait ça sur son lieu de travail, là je suis énervé, je descends de voiture et me dirige rapidement vers le chantier.

Je rentre dans le local du RDC servant de poste de sécurité, Hakim est de dos, je lui gueule dessus :

- C’est quoi ce bordel ! C’est qui cette femme ! Je vous est vu baisé la haut,

je vous paye pas pour vous amuser, c’est bon vous dégagez.

Hakim a juste tourné la tête pour m’écouter, ça n’a pas l’air de l’inquiéter plus que ça !!!!

Sa désinvolture me met hors de moi (et me met à le tutoyer à mon tour) :

- Que tu fasses la pute, je m’en tape, mais pas ici, je ne te paye pas pour ça

Son regard devient noir, il se retourne pour me faire face

J’en crois pas les yeux, il a la bite à l’air, le blouson ouvert torse nu dessous et s’essuie la bite avec son tee-shirt ! Mon tee-shirt, ces vêtements c’est moi qui lui ai fourni.

Il se démonte pas, me regarde droit dans les yeux, arrête de s’essuyer la bite et jete le tee-shirt à terre :

- C’est moi la pute, si ça se trouve je baise ta meuf, et c’est avec ton fric qu’elle se fait baiser connard…

Je l’écoute même pas, mon regard fixe sa bite, elle est au repos, mais semble déjà plus grosse que la mienne quand je bande.

Je me reprends tout de suite et remonte mon regard vers le sien, mais il a vu que je matais sa bite :

- Elle te plait ma bite, putain t’es un Pd, tu va me l’a nettoyé salope

Moi :

- Ca ne va pas, tu rêve ou quoi

Hakim qui a pris sa bite en main pour bien me la montrer :

- Ferme ta gueule, regarde le morceau, je l’ais fait criée cette salope tout à l’heure, elles aiment ma bite de rebeu vos femmes, eh ouhai Pd, les français vous ne savez pas les baiser, allez à genoux et nettoie la.

Normalement j’aurais du réagir, mais je ne sais pas pourquoi, je me suis mis à genoux devant lui, avant même qu’il termine sa phrase.

D’ailleurs ma réaction l’a fait rigoler, il m’a tiré la tête en arrière, m’a fixé et avec un air de vainqueur m’a dit :

- C’est qui la pute, hein …. Sort ta langue, et tu me l’a nettoie bien, tu t’arrêtes pas tant que tu n’as pas fini, et tu la suce pas, je ne suis pas Pd moi, allez sors ta langue.

J’ai pris sa bite dans la main droite et je me suis appliqué à lui nettoyé sa bite, plus je la léchais, plus elle m’excitait, j’avais une envie folle de la prendre en bouche.

Après quelques minutes, il me reprend la tête, me regarde et dit :

- Oh c’est bon là, elle est propre, allez dégage

Voyant qu’il fallait arrêter, je n’ais pu m’empêcher de la prendre en bouche avant qu’elle disparaisse dans son treillis, pourquoi, je ne sais pas, je ne semble plus rien maitriser.

Mais avant même de l’avoir sentie en bouche, il me repousse violement en arrière, me retrouvant assis au sol les mains en arrière pour ne pas tomber. Remet sa bite dans son treillis et me dit :

- Putain t’es une vrai lope toi, si tu veux la voir en action, bien dur, amène moi ta meuf et tu verras ce que c’est qu’un mec sale pute.

Il se met à rigoler, un rire suffisant et moqueur me regardant assis sur le sol face à lui :

 - Bon, la récré est terminée, tu as mon fric ?

Il ne perd pas le nord, je commence à reprendre mes esprits, il faut que je prenne l’air, je lui réponds :

- Oui dans la voiture

Hakim :

- Qu’est t’attend, va chercher mon fric

Je ne lui réponds pas, et sort dehors en direction de ma voiture. L’air frais me fait du bien, et je commence à prendre peur de se que je viens de faire.

Comment j’ais pu en arriver là ? Avec un salariés, je suis sensé être le boss, moi un homme marié de plus de 40 ans, qu’est que j’ais fait !

Je sais qu’il ne m’a pas forcé, il n’a jamais bandé, il n’est pas Pd, il ne s’attendait certainement pas à ce que je le prenne aux mots, c’était des paroles de défense.

Il m’est déjà arrivé de sucer des hommes et de me faire prendre aussi, je ne suis pas attiré par les hommes, mais l’idée de me sentir traiter comme une salope par un mec me plait beaucoup, c’est même devenu un besoin obsessionnel aux cours des années. Mais jamais avec quelqu’un que je connais et encore moins au boulot, où l’image d’un homme viril est important de part ma fonction et mon métier, sans parler de ma position d’homme marié.

Mon obligation de discrétion vis-à-vis de mes envies sexuelles avec les hommes (leurs bites surtout) ne me permet pas d’assouvir fréquemment mon besoin, est-ce pour ça que j’ai craqué à la vu de sa bite !

Quoi qu’il en soit, j’ai honte et je me demande comment me sortir de cette situation.

Je retourne voir Hakim et lui remet l’argent promis, Il met le fric dans sa poche et dit :

- Ca c’est pour le boulot, eh pour ma bite ?

Moi :

- Comment ça pour ta bite ?

Hakim :

- Oh, t’as aimé me nettoyer la bite, non ? Et t’a pu la mater, tu crois que c’est gratuit

Moi :

- Ok, je vais te payer, mais après ça tu oubli, personne ne doit savoir

Hakim semble avoir compris mon inquiétude et ça semble le surprendre :

- Pourquoi tu t’es mit à genoux devant ma bite ? T’aime ça la bite ? Vas y sois franc, tu as fait la salope, alors réponds !

Sa voix n’était pas agressive, mais il semblait vraiment s’interroger sur mon geste,preuve qu’il ne s’y attendait pas, ce n’était que des paroles de défense.

Moi, toujours aussi inquiet pour son silence vis-à-vis de mon acte :

- Promet moi que tu ne le répéteras à personne, s’il te plait ?

Hakim :

- T’inquiète, je ne veux pas passer pour un Pd, mais répond moi, tu t’es déjà fait enculé ?

Je sens qu’il se pose vraiment des questions :

- Oui ça m’est arrivé

Hakim :

- Par des rebeus ?

Moi :

- Pas spécialement ?

Hakim :

- Et ma bite elle te plait, tu t’es mis à genoux direct comme une chienne

Moi :

- J’ai pas réfléchi, je l’ai vu, elle était grosse, tu étais agressif avec moi, le fait que tu sois rebeu m’a excité encore plus, voilà je n’ai pas pu m’empêcher !

Hakim ne s’attendais peut-être pas à autant de franchise, ça le fait sourire, il s’assoie sur la chaise, me regarde et dit :

- Ok, tu veux que je ferme ma gueule, hein ! Moi je me fais du fric avec vos meufs, mais ça ne suffit pas. Alors je te propose un deal, tu me fais un contrat temps partiel de 10 heures par semaine, en échange, je ferme ma gueule et je te laisse me sucer ma grosse bite ? Si tu refuse je te balance et tout le monde seras que t’es une lope.

Il profite de la situation, mais je ne vois pas comment refuser

- Ok mais tu tiens parole

Je ne sais pas ce qu’Hakim a compris à ma réponse, je crois qu’il a compris « tu tiens parole » pour le fait de se laisser sucer et non pour n’en parler à personne, ce que je voulais dire par cette phrase. Et là il baisse son treillis, sort sa bite (toujours molle), reste assis et me dit :

- On est d’accord mon pote, allez suce !

Mmmm, j’en avais trop envie, et autant en profiter tout de suite, il était assis, sa grosse bite en main, son blouson toujours ouvert sur son torse nu (et contrairement à ce que j’imaginais, il était musclé sec). Je m’approche me met à genoux, mais là il me repousse et me dit :

- Pas avec ton uniforme, j’ai l’impression de me faire sucer par un pote, j’y arriverais pas, fous toi à poil !

Moi :

- A poil ?

Hakim :

- Putain, tu la veux ou pas ma bite, alors à oilpé salope ! 

Son regard était de nouveau noir, se faire sucer par un mec ne semblait pas lui plaire.

Ne voulant pas le voir revenir sur sa proposition et en parler à tout le monde, je me déshabille rapidement. Entièrement à poil, je me remets à genoux.

Je commence à prendre sa bite, et je la suce

Hakim :

- Tu bande Pd, haha, ta vu ta bite, même molle la mienne est plus grosse, je comprends vos femme

Il me tire par les cheveux

- C’est bon Pd, t’aime ça la grosse bite de rebeu, hein salope

Moi :

- Oui, c’est bon

Hakim se met à rigoler sans retenu, ne me lâche pas la tête, me regarde de nouveau, me claque la gueule et me dit :

- C’est qui le boss Pd ?

Moi :

- C’est toi Hakim

Hakim est satisfait de ma réponse :

- Eh ouhai, les temps change salope, c’est les céfrans qui obéisse aux rebeus, hein ma pute ?

Moi :

- Oui, c’est vrai, vous êtes des vrais mecs vous les rebeus.

Hakim :

- C’est ça grosse chienne, t’en ai une vraie toi !

Il me remet la gueule sur sa bite, elle a durcie, elle me parait énorme et très épaisse, je suis presque étouffé. Ca le fait marrer :

- 23 cm dans ta gueule de pute, je vais te la niker ta sa gueule de céfran

Il se lève sans lâcher sa pression sur ma tête et commence à me défoncer la bouche, sa bite est grosse, j’en peu plus, j’en pleur tellement il me défonce violement, il se défoule sur moi sans aucun ménagement.

Il stoppe sa cadence, sa bite au fond de ma gorge, je l’entends crier :

- Sale Pd

Et il se décharge dans ma gorge, je sens son jus. Il se retire en éjaculant et m’en met partout sur le visage.

Il me regarde fière de lui, il rigole en m’observant plein de son jus, les larmes aux yeux :

- AHAHAH c’est bon, hein, grosse pute ?

Il prend mon tee-shirt posé sur la table et s’essuie sa bite avec tout en me regardant

avec arrogance, Puis me jette mon tee-shirt à la figure et me dit :

- Essuie ta gueule salope !

Ce que je fais, lui se rhabille correctement, s’approche de moi, je suis toujours à genoux :

- Alors, rappelle moi qui c’est le boss ?

Moi :

- C’est toi

Et là il me décroche une nouvelle claque qui me met au sol et me dit :

- T’as pas intérêt à l’oublier connard, aller tu t’es fait plaisir avec ma grosse queue, alors je me casse, tu finiras le service, hein ?

Moi :

- Oui je vais prendre ta place !

Hakim :

- Ouhai c’est ça, tu m’enverras le contrat et je vais te faire comprendre qui sont les vrais males, ahahah ça risque pas d’être les céfrans, et surtout pas toi, sale merde, à la prochaine, tu vas déguster

Je vois Hakim disparaitre, je me retrouve allongé sur le sol, son jus encore en bouche, j’aime être traité comme une salope, mais là, j’ai dégusté.

Mais j’ai adoré être une lope à rebeu, j’ai l’impression d’avoir comblé un manque et d’être à ma place.

Quel mec, et quelle bite il a !

 

par hum18 [sebastienfecamp@live.fr]

par franck8289 (coir commentaires)

Par Sadic Arnaud - Publié dans : X-toireS
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

KatégoriK

Chercher...

Derniers Commentaires

viSiteurS

Profil

  • Sadic Arnaud
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • gay sm fétichiste deprave sciences
  • Mon pseudonyme est un clin d'oeil à Sadi Carnot (1796-1832), physicien et ingénieur français, qui publia en 1824 "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance"

Présentation

  • : Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • : gay porno
  • : Anthropie est un mélange d'Anthrôpos (l'être humain) et d'Entropie (la mesure du désordre). Il décrit les relations d'ordre (Domination/soumission) et de désordre (fétich, déprave) essentiellement chez les mecs car je suis gay.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés