Mercredi 10 juin 3 10 /06 /Juin 12:00

6f2e59db10e4ff66d6926b8ba19e540e 1024

 

Voici une autre de mes aventures homosexuelles que j'ai eue avec un garçon plus jeune que moi. Tout a commencé tout à fait par hasard, comme nombre de mes aventures d'ailleurs, un jour que j'allais manger au restaurant un dimanche midi avec ma mère qui, je dois le préciser, est célibataire.

 

Nous sommes donc entrés dans ce restaurant pour fêter l'anniversaire de mes 22 ans, et j'ai aperçu tout de suite un garçon, avec juste son père, tout ce qu'il y a de plus mignon.

Il devait avoir 18 ans maximum, il était blond, pas trop grand, un corps assez fin que j'avais envie de protéger, une coupe "au bol" que j'adorais, un joli petit minois innocent, enfin d'extérieur parce que je dois dire que je n'aurais jamais pu deviner ce qui allait nous arriver.

Nous nous sommes assis ma mère et moi à une table que l'on a choisie, enfin surtout moi, assez près de ces deux garçons, le père et le fils, qui sont maintenant sur la droite de notre table et de ma chaise.

En me rapprochant, je me suis aperçu qu'il était encore plus mignon que ce que je pensais. Il faut dire que même son père, qui ne m'intéresse pas du tout, était beau comme un dieu et que son gamin tenait bien de lui.

Le moment était venu de commander les plats mais je dois dire que je n'avais aucun appétit et l'esprit ailleurs, ma mère a donc commandé et m'a laissé "penser" en paix.

 

Tout à coup il me regarde, ce qui m'a permis de voir ses superbes yeux bleu-vert et de voir que j'étais amoureux de lui, à l'époque il ne me fallait pas grand chose, mais je ne crois pas avoir changé.

J'eu une très soudaine érection mais je me suis retrouvé comme un imbécile excité et j'ai baissé les yeux sans même lui sourire.

Il faut dire que j'était très timide avec les beaux et jeunes garçons.

J'étais assez triste d'avoir réagi comme ça et je me suis dit que c'était fini, que je n'avais même pas une chance de lui parler.

Désésperé, je sortis un bouquin de mon sac à dos et bien que ma mère me dit que ce n'était pas de coutume de lire à table, j'ai quand même continué, de toute manière je n'avais pas le moral et je me réconfortais en regardant le prochain jeux super-nintendo que j'allais acheter.

Soudain, j'entendis que quelqu'un se levait, je me suis dit : "Voilà, imbécile timide, encore un superbe garçon à qui tu n'as pas osé parler", je pensais qu'ils partaient et je n'avais plus le moral mais en fait c'était son père qui allait aux toilettes, ce qui m'a soulagé un peu, mais sûrement pas autant que lui quand il serait revenu.

 

Rassuré, si je peux dire ça comme ça, je me replongeais donc dans mon livre et j'hésitais entre les jeux Super Mario Kart et Zelda 3, quand d'un coup j'entendis une voix douce et excitante, un peu comme celle des héros de dessins animés comme Sangohan gamin dans Dragon Ball Z ou Esteban dans les Cités d'or, qui me dit "T'as quoi comme console?" Là, surpris je tourne la tête et je me retrouve nez-à-nez avec le plus beau garçon de la terre, j'ai même pu sentir son parfum vanillé et je dois dire que mes sens étaient tellement en éveil que j'ai failli en tomber dans les pommes.

Imaginez la scène : un garçon parfait en face de moi, jeune, blond, qui sent bon, avec une mignonne voix et qui me parle, "Haouuu !" Je croyais rêver tellement c'était bon.

Bien sûr, au début j'ai vraiment eu du mal à répondre tellement j'avais la tête qui tournait mais je me suis vite repris en main surtout que ma mère était en face et qu'elle n'était pas censée savoir que j'aimais les garçons.

Je lui ai répondu que j'avais un Super Nintendo américain avec des jeux japonais, puis nous avons discuté de ceux qu'on avait ou qu'on comptait se payer.

Après quelques minutes de dialogue vient la phrase qui m'a fait relancer mon érection de plus belle, il me dit :

— Tu veux v'nir jouer chez moi à la console ?

Bien là, je n'arrivais pas à le croire ; ce que je n'osais même pas espérer, ne serait-ce qu'une seconde, était arrivé, il m'avait non seulement parlé longuement mais en plus il m'invite chez lui. Le rêve continue et mon jean est vraiment trop serré, je dirais même prêt à craquer.

 

Son père revint des toilettes et nous vit ensemble, j'en ai donc fait la connaisance puis je lui ai présenté ma mère.

C'était une jolie opération que j'avais faite là puisqu'ils se sont entendus tout de suite et ils ont discuté ensemble, ce qui fait que je me suis retrouvé "seul" avec le garçon de mes rêves.

Le dessert était à peine terminé que le père de mon copain, ben oui, Aurélien c'est mon copain maintenant, a proposé de payer les additions et de nous emmener ma mère et moi chez lui pour discuter et faire plus ample connaissance.

 

Nous voilà donc devant leur maison qui est une très belle résidence avec un beau gazon tout autour.

Aurélien descendit le premier de la voiture et me dit :

— Viens, on va dans ma chambre.

Moi tout timide je dis à son père et à ma mère :

— Ben on va dans sa chambre...

Là il me coupe pour me dire :

— Allez-y, les enfants, amusez-vous, pendant ce temps j'emmène ta mère faire le tour de la maison.

Moi je dis juste "Ok" puis j'allais vers Aurélien qui m'attendait à l'entrée de sa maison.

 

Je l'ai donc suivi, après avoir enlevé les chaussures à l'entrée, jusque dans sa chambre, puis une fois à l'interieur il a fermé la porte à clé, ce qui ne m'a pas paru étrange du tout.

Nous avonc donc commencé à jouer à la console, on était assis sur son lit, puis je pensais à la chance que j'avais eue d'avoir rencontré le plus mignon des garcons de 18 ans de la région et de me retrouver assis sur son lit en train de jouer avec lui, ce qui m'excitait terriblement et déclencha une autre érection mais cette fois-ci, je sentais le précum monter à l'interieur de ma bite.

 

Nous avons mis un jeu de voiture du futur, F-Zero, que je connaissais plutôt bien, après 5 minutes d'échauffement nous avons fait un petit concours.

Après qu'il ait fait son temps général et au tour, je me suis lancé et malgré mon état d'excitation avancé je réussis à gagner, ce qui fit qu'Aurélien me mit la main sur l'épaule en me disant :

— Hé mais t'es bon toi, comment t'as fait pour me battre ?

Le problème c'est qu'il me dit ça avec sa petite voix d'ange et en me regardant dans les yeux. À ce moment je bandais tellement que j'ai cru que j'allais éjaculer tout seul de voir Aurélien qui me faisait tant fantasmer, me regarder dans les yeux en me touchant, c'était trop.

Je ne voulais pas qu'il sache que je voulais lui faire des choses, alors nous avons commencé à chahuter, je lui ai dit en sautant dessus et en lui frictionnant les cheveux :

— Et oui, mon petit, c'est moi le plus fort !

Lui me répondit :

— J'crois pas, moi ! C'est moi qui suis le meilleur ! et nous nous bagarions de plus en plus, gentiment bien sûr, et moi j'avais de plus en plus de mal à bouger à cause de mon énorme érection.

 

D'un coup, nous nous sommes retrouvés par terre et je lui pris les deux poignets j'étais sur lui, assis presque sur sa bite. Je portais juste un T-shirt mais j'avais vraiment chaud je n'en pouvais plus, il fallait que j'aille me masturber d'urgence.

Mais brusquement un de ses poignets m'échappa et je n'aurais jamais pensé qu'il ferait ce geste là, il me mit la main sur la bite et serra doucement mon sexe qui était dur comme de l'acier...

J'avais la honte de ma vie, je me suis dis qu'il allait me traiter de PD et qu'il le dirait à son père.

Je commençais à me sentir mal, mais à mon grand étonnement, il a souri, je ne comprennais pas et je lui ai dit :

— Ben quoi ??

Et j'en ai profité pour mettre ma main sur sa bite genre sans le faire exprès bien sûr, il portait un jogging Nike... Eh bien, je n'étais pas le seul à bander, à ma grande surprise il bandait autant que moi si ce n'était pas plus. J'en suis tombé en arrière, tout allait trop vite, le garçon dont je suis tombé amoureux et que je trouve le plus mignon serait gay comme moi, c'était trop beau...

 

Il n'avait pas encore eu le temps de se relever, et je voulais en avoir le coeur net, je suis retourné sur lui et j'ai commencé à le regarder dans les yeux et à rapprocher ma bouche de la sienne tout doucement, il était rouge et transpirait mais il sentait si bon.

Au fur et à mesure que je m'en approchais, il restait immobile et gardait son superbe sourire sans dire un mot, quelques centimètres seulement séparent nos deux bouches, encore un petit effort et voilà, ça y est, nous sommes en contact.

À ce moment-là, j'ai eu une décharge de jouissance comme jamais auparavant. J'ai commencé à l'embrasser doucement, nos deux lèvres se caressaient tendrement puis, peu après, ce fût le tour de nos deux langues.

Comme je me sentais bien.

Dans un silence et un calme paradisiaque, nous avons échangé nos salives ; quelle jouissance de sentir ce liquide chaud pénétrer dans ma bouche. D'ailleurs je me suis amusé un peu avec ma langue puis j'ai tout avalé en savourant cela comme un nectar divin.

 

Après nous être éloignés lentement l'un de l'autre, il me dit :

— Quand je t'ai vu rentrer dans le restaurant, je voulais vraiment que tu me parles et que tu sois PD.

Je lui ai juste répondu en fixant ses beaux yeux :

— Moi aussi bébé, je crois que je t'aime maintenant.

Il me fit un autre sourire, ce qui m'a encouragé à aller plus loin.

J'ai caressé délicatement son ventre, puis en mettant ma tête sous son T-shirt j'ai commencé à lui lècher la poitrine. Je sentais sa bite contre mon ventre à travers son jogging que j'ai dû baisser et j'ai fait la même chose avec son slip, une légère odeur de sperme chaud s'en est dégagée.

Je me suis alors levé, j'ai fermé les volets et je me suis déshabillé entièrement, j'avais une des plus grosses érection de toute ma vie, je l'ai aidé à enlever totalement son jogging et son slip qui sentait bon le sperme frais, j'ai tout posé sur une chaise, puis je me suis approché de lui.

Il était complètement nu, son corps n'avait pas de poil, tout juste un peu sur son pénis qui devait faire 14 cm, il était imberbe, comme moi, j'adore ça. Nous nous sommes allongés sur le lit, il était sur moi et faisait des mouvement avant/arrière. Comme il était plus petit que moi, sa bite chaude et humide frottait sur mon ventre.

 

À ce moment, j'ai commencé à lui caresser les fesses avec ma main gauche tandis qu'avec la droite je lui caressais le dos, que c'était bon cette sensation, nos deux corps chauds et humides se frottant l'un contre l'autre.

Je continuais de lui toucher les fesses puis tout doucement, j'enfonçai mon index dans son anus un peu contracté, de plus en plus profond jusqu'à ne plus pouvoir, ensuite je fis des petits mouvements circulaires à l'intérieur, et là, Aurélien surexcité me dit :

— Ça fait du bien ! Continue !

Moi, de mon côté, je n'en pouvais plus non plus, mais par hasard je vis une photo sur le mur où on le voyait habillé en petit footballeur, je lui ai donc demandé :

— Tu joues au foot, bébé ?

Il me dit oui et qu'il était assez bon. Je venais de penser à un de mes plus gros fantasmes et je lui ai demandé :

— S'il te plaît, habille-toi en footballeur !

Il me répondit :

— T'as envie de m'faire l'amour comme ça ? C'est cool pour si tu viens m'chercher à l'entraînement.

Je ne préferais pas y penser, tellement j'en jouissais d'avance, je lui dis :

— Bonne idée, mais on verra ça tout à l'heure.

 

Nous avons donc cessé de nous frotter et j'ai retiré mon doigt de son anus. Le temps pour lui de sortir ses affaires de son sac de foot, il n'avait même pas eu le temps de les laver, et le voilà habillé en un des plus mignon petit footballeur que j'avais jamais vu, et en plus il sentait l'herbe, il avait dû tacler pendant le match et frotter par terre et un peu la transpiration, juste ce qu'il faut. Je me suis approché de lui et j'ai embrassé son short rouge au niveau de sa bite, il bandait encore mais ça a gonflé sa bite encore plus, je l'ai senti durcir contre ma bouche.

Nous sommes retournés sur le lit, j'étais tout nu et lui avait la panoplie du parfait petit footballeur, et c'est rien de le dire, des chausettes, un short rouge avec des rayures blanches et un T-shirt assorti. On s'est donc remis dans la même position et il s'est frotté contre moi, j'ai senti le toucher très spécial du tissu du maillot et du short des footballeurs, ça y est, j'étais en train de réaliser un de mes fantasmes, pendant quelques minutes nous nous sommes frottés comme cela.

On s'est encore embrassés, en même temps j'ai passé la main dans son short pour lui remettre mon doigt, sauf que cette fois-ci, j'ai attendu que son anus soit dilaté pour le retirer, ensuite j'ai baissé son short pour enfin pouvoir vivre le moment que j'attendais le plus.

 

Je masturbais mon pénis recouvert de précum en lui demandant de changer de position et de mettre ses deux pieds en avant, ce qui fait qu'il se retrouvait assis sur mon ventre. J'ai attrapé ses deux hanches pour pouvoir l'aider à se mettre juste au dessus de ma bite et doucement il s'est baissé en s'empalant doucement sur mon baton d'amour qui rentra sans trop d'effort. Je n'attendis pas longtemps pour enfoncer en lui une grande partie de mon pénis de 17 cm.

default.jpg

À ce moment, il a poussé un cri de jouissance "Aaaaahhhh oui!" puis il me dit :

— Vas-y ! Je la sens au fond de moi ! Plus profond !

J'ai donc enfoncé au maximum et j'ai commencé mes mouvements de va-et-vient. Son anus se contractait de temps en temps sur mon sexe, ce qui amplifia sa belle érection. Nous avons continué nos mouvements de bas en haut pendant de longues et chaudes minutes. De temps en temps, je mettais ma main sous son T-shirt de manière à lui caresser le ventre et le torse.

Je le regardais, il avait la tête penchée en avant, avec son short sur une jambe, son T-shirt large tombant sur sa belle bite humide pendant qu'il se masturbait. C'était vraiment le garçon le plus mignon qui existait, il fallait voir comme il s'appliquait à se donner du plaisir. De nombreuses gouttes de sueur tombaient de son front sur mon ventre, nous avions aussi chaud l'un que l'autre, ce qui faisait ressortir son excitante odeur naturelle.

Maintenant, je sentais que les contractions de son anus étaient de plus en plus fréquentes sur mon sexe, ce qui fit qu'une très forte sensation envahit mon corps et me fit accélérer le mouvement.

Soudain, je vis ses deux testicules remonter, à ce moment il poussa un énorme cri de plaisir bien plus long que le précédent et tout en me caressant le visage de sa main gauche il m'éjacula de nombreuses fois sur le torse.

Juste le temps pour moi de goûter à son délicieux sperme chaud de petit footballeur, qu'une intense sensation me parcourut tout le corps, je me suis relevé vers lui en le prenant dans mes bras et au moment où je l'ai embrassé avec le peu de sperme que j'avais dans la bouche, j'ai senti que cela montait à l'interieur de ma bite, je ne pouvais plus me retenir et j'ai explosé à l'interieur de son anus, quelle incroyable décharge de jouissance j'ai ressenti, j'ai cru m'évanouir.

Nous sommes restés ainsi quelques minutes en nous embrassant puis je me suis retiré de lui, nous étions bite contre bite et j'avais encore plein de son sperme sur le torse, un liquide gluant entre nos deux corps qui multiplie les sensations, nous nous sommes frottés encore une fois de manière à bien étaler sur nos deux corps le précieux liquide.

 

Nous sommes restés comme cela 10 bonnes minutes, et il m'a dit :

— Je t'aime, je voudrais que tu couches à la maison ce soir.

Je lui ai dit qu'on demanderait à son père et qu'il fallait qu'on se lave maintenant. Il me répondit :

— Oui ! On va prendre une douche à deux ! Super !

Nous nous sommes mis à rebander comme un jeune couple marié, nous nous sommes embrassés puis nous sommes allés à la salle de bain. Ma mère était dans le jardin avec son père et ils n'avaient pas l'air de vouloir rentrer...

Mais ceci est une autre histoire...

Par AÏKAN - Publié dans : X-toireS - Communauté : Gay
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

KatégoriK

Chercher...

Derniers Commentaires

viSiteurS

Profil

  • Sadic Arnaud
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • gay sm fétichiste deprave sciences
  • Mon pseudonyme est un clin d'oeil à Sadi Carnot (1796-1832), physicien et ingénieur français, qui publia en 1824 "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance"

Présentation

  • : Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • : gay porno
  • : Anthropie est un mélange d'Anthrôpos (l'être humain) et d'Entropie (la mesure du désordre). Il décrit les relations d'ordre (Domination/soumission) et de désordre (fétich, déprave) essentiellement chez les mecs car je suis gay.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés