Mardi 6 octobre 2 06 /10 /Oct 12:05

Il a éclaté de rire.

— Je sais bien que c'est pas à ta taille normale mais pourtant tu vas porter ça jusqu'à demain et peut être plus. Allonges-toi sur le bord du lit, les pieds par terre et les cuisses écartées.


Il a ouvert le frigo et a pris une bouteille, je voyais de la rosée dessus et il l'a plaqué dans mon entrejambe.

— Ça devrait t'aider à rester débandé.

Il a démonté la cage et a passé mon sexe et mes couilles dans un anneau avant d'engager la cage sur mon sexe. J'ai eu un réflexe de recul quand j'ai senti les picots au bout et sur les bords, il a insisté jusqu'à pouvoir engager une clavette dans le dispositif du premier anneau et a mis un cadenas pour bloquer le tout.

— Tu vois que tout rentre.

— Déconne pas, je vais pas garder ça jusqu'à demain.

— Change de ton salope. C'est moi qui ai la clé et si je veux que tu gardes ça sur toi tu le gardes ! Ok ?

— Arrête, c'est dingue ton truc. Sentir les picots me fait mal et me donne envie de bander mais je peux pas !

— Á ton avis, comment on appelle celui qui a des droits, surtout celui d'ordonner de jouir ou pas ?

— Tu veux que je t'appelle maître ?

J'avais un demi sourire, c'est tout à fait ce que je comptais trouver en venant dans cette ville et en plus c'était Eric.

— Ouais et tu m'obéiras tant que j'en aurais envie. Tu seras l'attraction de la soirée. Il a fouillé dans ses poches et m'a tendu un bout de chiffon. Enfile ça que je vois ce que ça fait sur toi.

J'ai déplié le chiffon en nylon transparent. C'était un slip sans fond mais l'emplacement du sexe était très fin et très transparent. Je l'ai enfilé, mettant ma cage dans l'emplacement prévu pour le sexe. On voyait tout.

— Tourne-toi que je vois ton cul. Tu t'es épilé dernièrement ?

— Hé mec en Suisse on a des boutiques où tu peux te faire épiler totalement sans presque aucune repousse et t'as bien du sentir que j'étais lisse quand tu m'a pris non ?

Je me suis ramassé une série de claques sur les fesses, il a du en avoir mal à la main et moi les fesses rouges.

Une-Paire-de-Fesse-Rouge.jpg

— Parle-moi pas comme ça mec. Une salope ça répond pas comme ça. Montre bien ton cul.

Je me suis penché en avant en écartant les fesses.

— En tout cas en Suisse il y a aussi de bons enculeurs vu l'état de ton cul. Tant mieux parce que tu devrais être fisté aussi.

— Mais... t'avais pas prévenu.

— Et alors, qu'est-ce que je viens de faire salope ? Tu pourras sucer et avaler le jus, tous les mecs sont connus et testés régulièrement. Mais pour des raisons de propreté tu te feras enculer avec capote.

Sans prévenir il a donné un petit coup sec sur mon scrotum, me faisant crier.

— Alors, comment je m'appelle salope ?

— Maître Eric.

— T'as été chier ce matin ? Sinon fait-le maintenant.

Je suis allé me soulager et me laver le cul, utilisant la poire que j'avais toujours avec moi.

— Installe-toi à genoux sur le lit, la tête sur le lit, les fesses écartées et les mains dans le dos.

J'ai pris la pose et j'ai senti qu'il introduisait une graisse dans mes fesses, vite suivie par un gros plug en cône qui s'est bloqué dans mon cul.

— Bon je passe te chercher tout à l'heure pour aller en boîte avec Vincent. Repose-toi un peu.

Je me suis allongé mais pas facile de dormir avec ce truc qui dès que je bougeais me piquait sur et autour du gland. Même si je connaissais dans le temps Eric il avait pu changer et je flippais un peu en somnolant. Quand la lumière du jour a baissé et que les lampadaires se sont allumés j'ai été prendre une douche en attendant Eric et Vincent. Comme d'habitude j'étais encore sous la flotte quand ça a sonné et juste avec une serviette autour des reins j'ai ouvert. Y avait Eric, Vincent et un grand mec rigolard qui me matait d'un regard de maquignon qui estime la valeur d'une vache ou d'un veau. Dès qu'ils sont entrés et se sont assis sauf Vincent qui s'était mis à genoux entre les cuisses d'Eric. Il m'a fait approcher et a tiré sur la serviette, la laissant tomber à mes pieds.

— T'as enlevé ton plug bâtard ?

— Non maître, je vous attendais.

tumblr_lvus51wb5d1r621jyo1_12801-1024x768.jpg

— Tourne-toi, le cul vers notre invité et met toi à quatre pattes bien cambré que je le retire pour qu'il juge ton cul.

J'ai obéis et il a tiré sur la partie qui dépassait pour retirer le bouchon, laissant mon trou ouvert se refermer doucement.

— Va te laver le cul et lave le plug. Tu reviens après qu'on parle un peu.

Le plug avait bien assoupli mon trou et je n'eus aucun problème à me nettoyer à la poire le fond du cul, plusieurs fois après le passage obligatoire aux toilettes. Quand je n'ai eu que de l'eau claire qui sortait, je me suis essuyé et suis revenu les voir.

— Alors mon pote comment tu trouves cette salope ?

— On verra ça ce soir et demain mais il a des atouts pour être un bon esclave sexuel. Approche que je vois quelle cage tu as.

J'ai avancé vers lui et il a soulevé mes couilles pour voir de près la cage.

— Ok avec les picots ça va l'obliger à obéir. Mais t'aurais du mettre un séparateur de couilles avant la cage. Tant pis c'est fait.

Il malaxait mes boules me fixant des yeux, les écrasant un peu. J'ai résisté mais n'ai pas pu laisser échapper un petit cri quand il y est allé trop fort.

— Eric, qu'est-ce que t'as prévu comme tenue pour ce soir ?

— Il va mettre juste un short de jogging largement échancré sur les côtés et un débardeur très ouvert sous les bras avec le collier et le bracelet qui est prévu pour lui. J'ai remarqué à ce moment qu'ils avaient tous un collier et un bracelet noir assez large sans aucune inscription Je suis allé chercher le short et le débardeur qu'Eric avait repéré dans mes fringues et une fois enfilé, j'ai remarqué qu'Eric avait découpé le slip intérieur du short. Je faisais pas pute mais pas loin et je sentais à peine les vêtements sur moi.

— Bon on sera pas les premiers mais pas les derniers non plus. Tu vas connaître les soirées gays de l'Helios.

On est descendu dans la rue et on a marché un peu jusqu'à la voiture d'Eric, je suppose que c'était la sienne, puisque c'est lui qui s'est mis au volant avec Vincent à côté et moi et le mec derrière. Je savais même pas son prénom. Une fois les ceintures bouclées, il a passé la main sur mes couilles pour jouer avec ce qui me donnait envie de bander mais vite rappelé à l'ordre par les picots. Il a pris ma main et l'a posé sur son entrejambe. Au touché il devait avoir le même genre de queue qu'Eric, épaisse et assez longue. On a pas roulé très longtemps. On est arrivé sur un grand parking presque rempli. Il faisait doux dehors mais on entendait la musique très fort. A l'entrée deux blacks ont souri en nous voyant.

— Alors les mecs vous avez amené vos lopettes?

J'ai frémis, j'avais pas l'habitude et je voyais pas pourquoi il parlait comme ça.

A l'intérieur, au centre il y avait une piscine avec un bar au milieu avec un accès sec pour les serveurs et les barmans. Pas mal de monde dansait sur les bords, d'autres au bar mataient les autres mecs. Il n'y avait que des mecs, pas une nana. J'ai remarqué les regards des mecs sur moi, pas dans les yeux mais plus bas puis les sourires. J'ai regardé Vincent. Avec l'éclairage on lisait clairement "bâtard" sur son collier comme sur le bracelet. Il devait y avoir un éclairage spécial et j'ai vu d'autres colliers marqués avec esclave, maître, pute, il y avait de tout. J'ai regardé mon bracelet et j'ai lu esclave. J'en ai frémis. Eric nous a amené dans la piscine, au bar et a commandé. J'entendais pas, encore sur le coup de savoir que maintenant tout le monde connaissait mes goûts sexuels. J'avais le short mouillé dans l'eau jusqu'à la ceinture et le barman a apporté quatre verres, deux rouges et deux oranges.

— Les rouges c'est pour les chauffer comme d'habitude.

— Ouais on sait. Allez les lopettes, avalez ça cul sec.

Eux ont avalé leurs verres, nous regardant vider les nôtres. Quand je suis sorti de l'eau, le short se collait à moi comme si je ne portais rien d'autre, moulant la cage et mes fesses. Ils nous ont poussé dans un coin plus sombre mais pas entièrement noir. Le mec inconnu m'a ordonné d'un ton sec de me foutre à genoux et de sortir sa bite. J'ai obéis extirpant du short un morceau brun épais et long d'à peu près 20-25 cm.

images.jpg

— Suce. Montre aux mecs qui matent que t'aime la queue, surtout les belles.

Effectivement je sentais des mecs autour de moi qui mataient et j'ai avalé sa queue en la branlant un peu et en l'enfonçant un peu plus loin à chaque fois dans ma gorge. J'allais plus doucement et quand j'ai pas pu aller plus loin de moi même c'est lui qui a poussé ma tête en me massant la gorge de l'autre main.

[Par Manuel1]

Par AÏKAN - Publié dans : X-toireS - Communauté : plaisirs SM
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

KatégoriK

Chercher...

Derniers Commentaires

viSiteurS

Profil

  • Sadic Arnaud
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • gay sm fétichiste deprave sciences
  • Mon pseudonyme est un clin d'oeil à Sadi Carnot (1796-1832), physicien et ingénieur français, qui publia en 1824 "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance"

Présentation

  • : Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • : gay porno
  • : Anthropie est un mélange d'Anthrôpos (l'être humain) et d'Entropie (la mesure du désordre). Il décrit les relations d'ordre (Domination/soumission) et de désordre (fétich, déprave) essentiellement chez les mecs car je suis gay.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés