Jeudi 11 décembre 4 11 /12 /Déc 19:39

Source : "Karim" sur le site de Cyrillo.

Histoire de Pierre Chalant  : pchalant@outlook.fr


FootUS05J'avais connu Karim au taf, où on était collègues. Moi 23 ans, lui 20 ans, il me faisait triper, car ultra mignon.

Des yeux bleus de ouf, brun, 1 m75 hyper bien foutu. Macho par excellence, il enchaînait les meufs et les traitaient comme de la merde.

Moi je fantasmais grave sur lui, mais je savais qu'il ne pourrait rien se passer.

En venant au taf, il arrivait souvent de la salle de sport où il s’entraînait avant et je le voyais souvent se changer.

Un soir j'arrivais après lui dans le vestiaire et il était quasi à poil en train de changer de boxer avant de mettre son uniforme. Je matais l'air de rien, mais il avait pas capté. Il savait que j'étais + ou - bi mais on n'en avait jamais trop parlé.

Kiffant les trips survets et odeurs, de l'avoir vu se changer m'avait grave chauffé. Le soir même pendant le taf, je retournais donc aux vestiaires pour voir ce qu'il y avait dans son casier. Son sac de sport était là avec son jogging, un tee shirt et un boxer Dim rouge. Direct en le voyant j'étais en érection. Je le pris et le sniffai grave. Ça sentait bon le mec, la bite circoncise qui avait frotté pendant l'effort au sport. Ça sentait le mec et je ne pu m'empêcher de lécher goulûment à l'endroit où son gland se plaçait. Je ne restais pas longtemps de peur de me faire prendre, mais j'avais trop envie de juter rien qu'en sentant son odeur de mec.

Toute la semaine qui suivit, je m'éclipsais dès que je le pouvais dans les vestiaires pour sentir ses calbutes ou ses tee shirts, qui sentaient fort son odeur de transpi ou de bite. Un soir, prenant un peu plus la confiance, je me suis rendu dans les chiottes pour me branler en sniffant son boxer. Tellement électrisé qu'en 3 mn, je jutai 4 gros jets bien puissants sur le rebord des chiottes et replaçai vite fait son calbute dans son vestiaire.

De plus en plus, je fantasmais sur lui, surtout quand je l'entendais raconter ses histoires avec les meufs et comment il les baisait. Il avait grave l'air d'avoir du matos en plus, cela se voyait dans son jean moulant au taf, du coup j'essayais toujours de mater dans les vestiaires, mais on ne finissait jamais ensemble.

Un soir, il resta plus tard et finit en même temps que moi tellement on avait bossé du coup on se changeait en même temps.

On parlait de tout et de rien, et il commençait à enlever son polo et là je vis son torse ultra bien dessiné. Pas beaucoup poilu, mais hyper dessiné avec de beaux abdos et des obliques de ouf. Il se regardait dans le miroir et vit que je le matais en même temps.

 "-et tu me mates wesh ?!

- te mater nan, mais je regardais comment t'étais foutu quoi

- ouais ouais, je suis pas pédé hein moi

- nan tkt je sais que tu baises des meufs, moi aussi je te rassure"

Cela eu l'effet de le rassurer, mais il n'enleva pas son boxer pour autant, juste son pantalon, mais j'eu le temps de voir une belle forme dans son Freegun et une petite tâche au niveau de son gland. Urine ou sperme ? Je ne savais pas, mais j'aurai bien voulu goûter.. Il passa ensuite son jogging noir habituel, qu'il ne devait jamais lavé, mais qui devait sentir bon le mec rebeu viril.

 La soirée se termina comme cela, avec un shake habituel et il rentra chez lui en scout.


Sturb05Depuis que j'avais commencé à sniffer ses boxers dans les vestiaires c'était devenu comme une drogue et à chaque jour où on travaillait ensemble, j'étais obligé d'aller fouiller dans ses affaires, comme attiré.

En plus, ça sentait grave la queue, vu qu'il était circoncis, son gland frottait encore plus sur ses sous vêtements, et je kiffais encore plus. J'adorais aussi sniffer ses tee shirts sentant bon la transpi quand il venait directement du sport au taf. Ça sentait le vrai mec quoi.

Au fur et à mesure, on parlait pas mal au taf de tout et de rien et on s'était dit un de ces 4 qu'on pourrait se faire une soirée jeux vidéos. J'étais pas hyper calé, mais c'était l'occas' d'aller chez lui, vu qu'il habitait seul.

Rendez vous fut pris quelques jours plus tard.

Un soir, après le taf, on rentra donc chez lui pour se faire une petite soirée en jouant à la play'. Je m'en foutais un peu, c'était surtout pour traîner avec lui, Karim, que je trouvais de + en + craquant et sexy.

On se posa dans son studio, lui avec son jogging noir habituel et moi en jean. J'en profitai pour aller aux toilettes qui étaient dans sa salle de bains, avec une idée derrière la tête.

Direct je repérai le sac à linge sale et cherchai quelques boxers, que je trouvai sans problème. Les sniffant vite fait et me collant direct la trique j'en pris un et le mis dans ma poche.

Ne faisant l'air de rien, je retournai auprès de lui pour jouer. On parla de choses et d'autres, notamment qu'il avait + ou - une meuf qu'il baisait car c'était "une bonne chienne qui aimait la bite".

Bizarrement on n'évoqua pas mon sujet, mais je m'en foutais car j'étais obnubilé par le fait que j'avais un de ses boxers.

Prétextant un truc bidon, je le quittai rapidement et rentrai bien vite chez moi.

Une fois dans mon pieu, je sortis un DIM noir de taille M et le collai directement contre ma gueule. C'était l'extase, on sentait ses couilles et sa grosse queue qui avait bien macéré dedans, je kiffais trop. En 5 mn je jutai grave, en l'ayant sur la gueule et en le reniflant à pleins poumons.

A chaque fois que je me branlais, je le sniffais et imaginais que ses couilles et sa bite avait été là ; en plus, il y avait une petite trace blanche, sûrement une goutte de pré-cum que je léchais à chaque fois et j'avais l'impression que j'avalais un peu de son sperme..

Mes trips avec son boxer, ne m'empêchait pas de le mater dans les vestiaires ou même de sniffer ses autres boxers, mais ça m'excitait grave de me dire que j'avais un de ses sous vêtements.. N’empêche il fallait que je lui rende et c'est donc tout naturellement que j'acceptai de venir une nouvelle fois jouer à la play chez lui.

 Après le taf, on y retourna, mais on peut dire que cette fois-ci c'était le gros bordel.

 Moi : - ah ouais d'accord le mec fait jamais le ménage quoi

Lui : - tranquille wesh, juste là j'avais pas trop le temps et hier soir, j'ai baisé avec une pote, et je lui ai mis cher, donc après flemme de ranger.

Moi : - ah ouais ici ?

Lui : - bah ouais tiens regarde

Et là ce bâtard prend un truc sur la table et me montre une capote bien pleine qui pendait au bout de ses doigts !

Moi : - t'es degueu mec !

Lui : - bah quoi vous les gays vous aimez pas ça le sperme ?

Moi hyper gêné : - déjà chui bi

Lui : - ouais enfin tu couches avec des mecs, donc ça a déjà dû t'arriver wesh

Moi - ça va pas (mytho)

Lui : - ok

Et il alla dans la cuisine jeter la capote dans la poubelle

Après cet épisode, je ne pensais qu'à cela et il fallait obligatoirement que je récupère son jus, ça me faisait trop kiffer.

Tout d'abord, je remis son boxer dans le panier à linge sale l'air de rien sous des vêtements puis je prétextais vouloir à boire pour aller dans la cuisine. Là je me ruais discrètement sur la poubelle pour récupérer sa capote bien pleine.

Ne sachant pas vraiment comment la transporter je la glissa dans du Sopalin et la mis dans ma veste de joggo.

Je retournai jouer avec quelques temps puis prétextai encore une fois un truc bidon pour rentrer chez moi...


Capote de JusAyant donc récupéré sa capote pleine dans la poubelle, j'étais dans un état d'excitation inimaginable.

Dans son ascenseur je bandais comme un ouf tellement le fait d'avoir une capote pleine de son jus me chauffait.

Je me dépêchais de rentrer chez moi pour me poser dans mon pieu et regarder de plus près ce que j'avais pécho chez Karim.

Sortant délicatement la capote de ma poche de veste (que j'avais vite fait nouée chez lui), j'étais ravi de voir qu'elle ne s'était pas ouverte. Toujours bien pleine du jus de mon rebeu, je ne savais pas au final ce que je devais faire.

La portant à bout de doigt, je la sentis pour voir et bien sûr ça sentait la chatte de meuf bien baisée, par Karim.

Je remarquai surtout tout de suite que c'était une capote XL, pour les grosses queues, tellement elle était large et longue. Ça ne fit encore que plus m'exciter de me dire qu'il avait du matos dans son boxer aux alentours des 22 cm.

J'avais alors trop envie de l'avoir dans ma chatte ou ma bouche car je sais qu'il m'aurait grave défoncé.

N'y tenant plus, j'enlevai le nœud de la capote et mis un doigt dedans et remuai un peu. Le jus n'était ni froid, ni chaud, mais à température ambiante, mais surtout très épais, bien lourd. Après quelques secondes, je mis mon doigt à ma bouche pour le goûter.

Lentement je léchai mon index pour savourer le jus du mec qui me faisait fantasmer depuis 1 an et c'était l'extase..

Légèrement sucré et pas dégueu du tout, son sperme était ouf. Épais c'est vrai, mais pas degueu, je prenais mon pied direct. Du coup, je remis, une fois, deux fois, trois fois, mon doigt dedans pour en goûter encore.

J'étais tenté de tout boire d'un coup, mais il ne m'en aurait plus resté. Je préférai alors plutôt lécher les contours de la capote qui avait porté sa queue et était contre son pubis. Je la mâchouillais grave comme une sucette en me branlant.

Evidemment en 3 mn je jutais grave et renouai ma capote pour + tard.

Les jours qui suivirent, je goûtais tout le temps le jus qui était dans la capote et je kiffais toujours autant. Je me servais même du sperme pour me branler un peu avec et ça c'était le top de me dire que je me branlais, avec le jus de la teub de Karim, qu'il avait lâché en baisant une meuf.

Au bout d'une semaine, il ne restait plus rien, je décidais donc de l'enfiler pour juter une dernière fois avec.

Je flottais donc dedans, car ma queue de 18 cm n'était pas assez grande, mais rien que d'imaginer que Karim avait glissé sa grosse queue circoncise dedans avant moi, me faisait encore plus bander.

Il restait en plus, un peu de jus sur les parois de la capote, donc je pris encore plus mon pied à me branler dedans.

Ça glissait trop bien dedans, et je gémissai de plaisir en prononçant son nom. Naturellement je jutai une grosse quantité dans cette capote empruntée..

Cette fois-ci je bu tout d'un coup, et mon sperme mélangé avec le reste du sien, eut un merveilleux gout d'interdit.


[SUITE]

Par Sadic Arnaud - Publié dans : X-toireS - Communauté : Gay
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

KatégoriK

Chercher...

Derniers Commentaires

viSiteurS

Profil

  • Sadic Arnaud
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • gay sm fétichiste deprave sciences
  • Mon pseudonyme est un clin d'oeil à Sadi Carnot (1796-1832), physicien et ingénieur français, qui publia en 1824 "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance"

Présentation

  • : Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • : gay porno
  • : Anthropie est un mélange d'Anthrôpos (l'être humain) et d'Entropie (la mesure du désordre). Il décrit les relations d'ordre (Domination/soumission) et de désordre (fétich, déprave) essentiellement chez les mecs car je suis gay.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés