Jeudi 16 février 4 16 /02 /Fév 22:40

Première partie : PriSe en main

 

Deuxième partie : AmuseS-Gueule

 

Troisème partie : Lope et clope

 

.... Je reste debout avec mon slip destroye, mains sur la tête, cuisses écartées, collier de chien au cou, le cul pluggé et encore endoloris du claquage au martinet et j'attends, tel un larbin, les ordres de Maitre Nicolas, qui entre temps à allumé la télé, et la regarde, comme si je n'étais pas là. J'attends penaud son bon vouloir.

 

Quatrième partie : ViSite

 

Un bon quart d'heure se passe, et il me dit : « un coca la pute ! »
je pars derechef à la cuisine, ouvre le frigo où je trouve dans la porte des canettes. J'en saisi une et l'apporte tout aussi rapidement à Maitre Nicolas. Je l'ouvre et lui tend. Il ne réagit pas et continue de regarder la télé comme s'il ne voyait pas que je le lui tend sa canette... Je reste là, main tendue, attendant que Maitre Nicolas veuille bien la prendre... Au bout d'une minute, je me mets à genoux, tête sur ses baskets en la lui tendant...et en lui disant : Voici Votre Coca Maitre »....
« C'est mieux dit-il mais c'est par encore ça ! » Je lui lèche alors les skets... « Bien ! » me dit-il mais ce doit être encore mieux pour MOI ! Je m'aventure à son entre jambe que je commence à embrasser, la canette à portée de sa main, mais il ne l'a prend toujours pas... pire, Il me met une grosse baffe dans la gueule, et me dit : « ma bite c'est quand je te donne l'autorisation de l'approcher que tu peux l'obtenir ! La baffe me fait renverser un peu de coca que j'ai ordre de tout de suite éponger... à la langue s'entend.
Je me fous à 4 pattes et nettoie le sol, cul bien cambré que je fais frétiller, selon le désir de Maitre Nicolas.
« Ca c'est bon » me dit-il, je vois qu't'as bien intégré le fait de frétiller du cul ! Par contre, tu crois la pute que je vais boire la canette à la bouteille ? » T'as pas pensé un seul instant dans ta petite tête de pute qu'un Master comme moi ça boit au verre... ? Et il rajoute : « Sur le tabouret bâtard ! ».
Je me met sur le tabouret, j'empoigne avec mes deux mains les pieds et je présente du mieux possible mon cul à Maitre Nicolas. Il commence à jouer avec le plug et m'ordonne « DE PLUS CAMBRE MON CUL ! « Ton cul, sale pute, TU ME LE DONNE ! Jusqu'à dimanche j'en suis PROPRIETAIRE ! C'est bien ce que nous avions convenu lors de nos précédentes conversations sur SMBOY ?
J'aboie deux fois et lui fais signe de la tête que oui.
Alors file moi ton cul ! Donne le moi !
Je relève bien le cul... et 1à , dix coups consécutifs de martinet me zèbre les lobes fessiers. Puis une pause et avec pugnacité Maitre Nicolas poursuit avec 15 coups, toujours consécutifs et me fout une monstrueuse baffe sur les fesses et me dit : « Fils de pute tu me sers correctement MON COCA maintenant !

Je pars en cuisine, l'arrière train vraiment très douloureux et je vais chercher un verre, je sers Maitre Nicolas, une fois le verre remplit je me mets à genoux et le LUI tend ; il me regarde d'un air répugnant et ajoute agacé : « Putain ! Tout ça parce que le larbin, le laquet, la sous merde que tu es à mon service n'est même pas capable de penser dans son petit cerveau de sous merde un truc aussi évident qu'un Master ça boit dans un verre ! ».

Il prend le verre et me le fout dans la gueule ; je suis aspergé de coca (ce qui le fait marrer) et il me dit d'attendre ; il me regarde d'un air suffisant, et m'ordonne de remplir à nouveau son verre... Je dois le tenir, a genoux, bras tendu, afin que lorsqu'il souhaite de désaltérer, il puisse saisir son verre sans effort aucun. Il continue tranquille de mater la télé. Du coca coule encore sur ma gueule, sur mon torse, mon ventre, ma teub et commence à goutter par terre. 10 mn plus tard il m’ordonne de nettoyer le coca à terre.
Je me penche à 4 pattes et frétille du cul en léchant le coca au sol.

Puis il m'ordonne de me nettoyer avec mon slip destroy (que je dois enlever afin de m'éponger). Puis je l'enfile à nouveau.

« Allez au pied maintenant ! » me dit-il, «  Défait mes pompes que je me relaxe un peu ! ».

Il prend place sur son fauteuil, zappe sur les chaines télé, pendant que je m'applique, un genoux à terre, l'autre en flexion, à LE déchausser. Je défais le lacet de SA chaussure, et je prend un bon coup
de pied dans le torse qui me fait tomber à la renverse ; je me relève et m'approche à nouveau et il me dit : « quand t'enlève mes pompes sale pute tu te démerde avec tes dents... ! Je te rappelle que t'as des pattes, t'es mon kleps ! Alors tu te fous en position de pute, tu dandines bien du cul et tu me retire mes putains de pompes et magne-toi l'oignon sinon je sens que ça pourrait m’énerver !

Je LE déchausse ainsi... avec les dents je tire sur la boucle, défais le lacet et ôte la première sket... Naturellement, Maitre Nicolas ne m'aide absolument pas durant la chose, ne fait aucun effort, pire encore IL complique ; bref Sa majesté se relaxe et rien n'est trop bon pour LUI.

Une fois les skets retirées, j'ai ordre de les sniffer. Je dois les poser à terre et les sniffer en frétillant du cul !
IL me veut de profil pour faire ma basse besogne de pute ! IL veut voir quand je sniffe et il veut voir mon cul bien bouger, bien « frétiller » !
Maitre Nicolas exige que j'en prenne plein les narines... « Mes odeurs corporelles doivent être ton poppers, ta nourriture de batard/sous merde ! Disant cela, il m'ordonne de rapprocher mon cul de sa Divine Personne et là,m'administre une bonne claque sur la fesse gauche... Et il rit en me traitant de « sale sous merde à sa dispo ! ».

« Ok les pompes tu les fous à côté de la porte d'entrée ! » m'ordonne t-il.
J’attrape la paire de pompes du Maitre, la met en gueule et à 4 pattes je la dépose près de la porte d'entrée.
Je reviens au salon.
Maitre Nicolas a éteint la télé et il s'est mis sur son ordinateur. Dès qu'il me voit arriver, il m'ordonne d'aller sous le bureau et de lui sniffer les pieds... je prends place et met tout mon savoir-faire de bâtard pour honorer les Divins Pieds de Maitre Nicolas.
Il est tranquille, avec sa sous merde aux pieds... et visiblement il est en train chatter... puis que j'entends régulièrement le « sonal » SMBOY qui indique un nouveau message ou un nouvel arrivant.
Bien qu'étant concentré sur sa conversation, il m'envoi de temps à autre des ordres ou des insultes... « Leche mieux fils de pute ! »
« T'es bien à mes pieds sous merde ! »
Ou alors il joue avec ces pieds sur ma gueule ou sur ma teub... un bon quart d'heure plus tard, il m'ordonne de retirer ses cho7 et de lui lécher les pieds. Bien entendu, je retire les Cho7 de Maitre Nicolas avec les dents et en frétillant du cul, ce qui l'amuse puisque que j'entends un rire sonore suivit d'un « C'est bien bâtard, je suis fier de toi ! ». En signe de reconnaissance je gémis et bouge avec encore plus de dextérité mon arrière-train en direction de Maitre Nicolas.
Avec un peu de difficulté, j'ai réussi a retirer une première cho7. A ce moment là, il me demande de lui donner la cho7, ce que je fais avec la gueule, il l'a prend, me la fait sentir (ça sent moyenne fort) « Imprègne toi bien de mon odeur petite pute, sens bien ! » En disant cela il fait monter avec son bras la cho7 le plus haut possible, m'obligeant à faire le beau pour la sniffer, avec pour témoin la cam d'un de ses contacts que je vois sur l'écran en train de se branler ; un sourire de satisfaction orne le visage de Master Nicolas qui s'amuse a me passer sa cho7 sur la gueule, puis il me gifle avec et fini par me la foutre dans la gueule complètement, m'ordonne de retourner sous son bureau afin que je lui serve de repose pieds, un sur ma gueule (celui sans la cho7) que je dois lecher/embrasser/vénérer et l'autre sur ma teub... ou plutôt sur mes couilles... et il poursuit son dial avec éclat de rire, sans doute un commentaire de son contact.

Cinq bonnes minutes passent, je suis immobile à ses pieds ; de temps à autre il appuie fortement un de ses pieds sur ma gueule ou fait comme s'il s'essuyait avec. Il s'amuse aussi à le faire sur mes couilles ce qui me fait gémir... Dès qu'un son sort de ma bouche, Il se penche alors vers moi et me dit d'un ton sévère : « y'a un problème bâtard ? » . Je le regarde apeuré (ce qui l'excite) et je bouge la tête de droite à gauche en signe de « non ». « J'aime mieux ça sale pute ! Je veux pas un mot, pas un bruit surtout de la part d'une sous merde et il me fout un petit coup de pieds dans les couilles ; il a un pieds posé sur ma gueule et avec l'autre, il me met à jouer avec mes couilles... Avec la cho7 dans la gueule, je déglutis pour ne pas émettre de son.
Il joue ensuite avec son gros orteil sur mes boules, et il me dit : « c'est con qu'on ne puisse pas faire « pichenette » avec les doigts de pieds, ça m'aurait bien fait marrer sur tes couilles de lopsa ! Et il rit sadiquement.

Il me fait virer la cho7 qui est dans ma gueule et m'ordonne de lui retirer l'autre.
Pour se faire il pose son pied sur une chaise qui était à coté, il dirige la cam sur son pied, et me dit « Aller au boulot bâtard ! » En disant cela il me met une grosse claque sur le cul.

Il me regarde lui enlever sa cho7 et visiblement jouit du spectacle... il prend son clavier sur les cuisses et continue son dial avec son contact qui ne manque pas une seconde du « spectacle ».
Sa cho7 retirée, j'ai maintenant pour ordre de vénérer son pied. J'embrasse, je le lèche, je suce, je caresse, je masse de longues minutes durant.

« Une clope, un coca bâtard et vite ! » assène-t-il d'un ton qui ne laisse aucun doute sur sa supériorité. Au moment où je me lève il me bourre avec son pied ce qui me fait perdre l'équilibre et qui le fait à nouveau rire sadiquement.
La cam tourne toujours et il poursuit son dial, le temps pour moi de lui servir son coca et d'allumer sa clope puis d'attendre gueule ouverte et langue tirée. Il m'ordonne malgré tout de tenir le cendrier à sa hauteur ainsi que son verre de coca et dirige la cam vers moi.
Je suis face à lui, à genoux, la main gauche tenant le coca et la droite le cendrier à sa hauteur et j'ai la gueule grande ouverte et la langue tirée.
Il tire plusieurs taffes sur sa clope et il secoue sa cigarette au dessus de ma gueule histoire que je récupère bien les cendres sur la langue, le cendrier ayant qu'un rôle décoratif... ce qui fait sourire et juter le mec qui regarde la scène à la cam.

Maitre Nicolas décide ensuite de se rafraichir, il saisit le verre, boit une gorgée... puis en boit une seconde qu'il me projette dans la gueule en se marrant et de façon a bien montrer à son contact que je suis sa sous merde, il me balance une bonne baffe dans la gueule. Il me demande ensuite de présenter mon cul à la cam. Je me mets en position, il braque la cam sur mon cul et il m'annonce qu'il va maintenant sévir pour mon intolérable retard... (17h52 a lieu de 17H30)

IL m'enjoint de prendre place sur le tabouret, cul parfaitement présenté.
« On va se faire une petite série de 20 sur ton cul de bâtard ! » me dit il alors qu'il ressort le martinet, le paddle, et la cravache. Il défait aussi son ceinturon et il commence la punition.
20 baffes sur ton cul,
20 coups de martinet,
20 coups de paddle,
20 coups de cravache,
et 20 coups de ceinturon.
« Une petite centaine de coups sur ton cul... ça ne peut pas te faire de mal sale pute et surtout ça va ME faire du bien ! Je vais te laminer le cul bâtard et PAS UN SEUL mot, pas une plainte, tout juste supporterais-je de légers gémissements. Compris bâtard ? »
J'ai un peu de mal a répondre car j'ai peur qu'il me fasse très mal d'autant qu'il a un petit côté sadique qui me met mal à l'aise. Que les premiers coups donnés sur ma peau rasée sont assez douloureux...
Il s'aperçoit de ma gène et de ma peur et il me dit : Ecoute bien bâtard, si tu ne me réponds pas oui tout de suite là, maintenant, tu te rhabilles et tu te casses !
Alors ?
Je réponds « Oui Maitre ».
« Oui quoi bâtard ????? »
« Oui pour recevoir la punition Maitre »
« Bien j'aime mieux ça ! » – « Fous toi a genoux sur le tabouret, mains à terres et présente bien ton cul de pute ! »
Je me mets dans la position exigée par Maitre Nicolas.
Il fait le tour de moi et redonne de la voix en me traitant de tous les noms qui lui passent par la tête ; de pute à lopette en passant par sous merde, d'enculés, de bâtard, de vide couilles, de chien. Puis il se met face à moi, s'accroupit, me prend par les cheveux et me dit : « DEMANDE MOI ta punition fils de pute et met la forme ; faut que ça me plaise.

« S'il vous plait, Maitre, auriez vous la bonté de corriger le cul de votre bâtard pour le retard ? »


« C'est tout » me questionne-t-il ?  C'est tout ce que tu as trouvé sale merde ???

J'ai le cul en l'air, son regard vicieux et sadique planté dans mes yeux, je n'en mène pas large et me demande ce qu'il faudrait lui dire pour ça lui plaise ; pourtant il me semble y avoir mis les formes, mais visiblement Maitre Nicolas ne l'entend pas de cette oreille là.

Il me dit : ok bâtard ! On va dire que t'es tellement inculte en la matière que je vais te dicter la phrase que tu dois dire, mais pour ça je rajoute 5 coups de chacun des instruments avec lesquels je vais te faire bien morfler du cul !

Il se lève, prend un stylo et une feuille de papier, les balance parterre, me met un bon coup de pompe au cul et reprend assise sur son fauteuil.

Je suis à 4 pattes, et j’attrape la feuille et le crayon.

Et il me dit : Ecrit ! La soumerde que je suis... ayant eu l'outrecuidance d'arriver avec 27 mn et 22 secondes de retard... met son cul a la disposition de Maitre Nicolas, pour une correction entièrement méritée ! ».

« Allez en position la pute ! »

Il m'ordonne de « relever » mon cul !
Je le cambre et l'écarte du mieux que je peux.

Et il commence à « distribuer » 25 baffes sur mon cul.
Il met une première bonne baffe qui me fais sursauter... il enchaine avec la seconde sur l'autre fesses, une troisième et une quatrième au meme endroit et il en met une 5ème très forte.
« Bon cul de pute ça » !
Il me caresse un peu le cul et là il enchaine les 20 autres « tapes » extrêmement rapidement, un peu comme s'il me giflait le cul. Il n'y va pas de mains morte, fais des allers/retours d'une fesse à l'autre et ça me chauffe bien le cul. Je mords ma lèvre inférieure pour ne pas émettre de bruit, sinon, je sais qu'il recommencera à 0...

un coup d'oeuil furtif sur l'écran me confirme que l'autre mec à la cam regarde toujours...

Puis, Maitre Nicolas se saisit du martinet, il le passe sur tout mon corps, des pieds à la tête et s'amuse à faire « filer » les lanières... puis il se place bien face à mon cul, et comme il l'a fait manuellement, il me gifle le cul avec le martinet... il commence par la fesse droite, puis la gauche et avec force, je reçois une bonne volée... sans état d’âme, et avec plaisir visible, il poursuit la punition, frappant de + en + fort jusqu'au 25é coups... Il s'encourage même « trop bon de t'éclater le cul la pute ! ». J'ai le cul qui me crame carrément, je respire fort et subis en silence la sentence proclamée par Maitre Nicolas....
Une fois cette « série » administrée, Il se place face à moi, et me dit en me prenant par les cheveux et en me regardant dans les yeux : ton arrière-train est en train de prendre des couleurs... on en est à rouge vif avec le paddle on va passer à rouge cramoisie... Qu'est- qu'on dit bâtard ? Je répond un « merci Maitre ». Il se relève, empoigne le paddle et reviens devant moi, m'ordonnant d'embrasser le paddle et de le remercier pour la série à venir...
Il se met derrière moi, appuie avec le paddle sur le plug que j'ai toujours « coincé » dans le cul, il tapote dessus, puis sur ma fesse droite, il tapote 3,4 coups et imprime violemment un coup de paddle qui me fait gémir. Il fait pareille avec la fesse gauche... petit tapotage de 3,4 coups et à nouveau avec élan, il balance un mega coup de paddle... Je sursaute et geint... il caresse mes fesses avec sa main... 3ém coup, il vise le centre de mon cul, tapote... et de nouveau il me met un violent coup !
4ém coup, il tapote ma fesse droite une bonne dizaine de fois et alors que je m'attend à prendre le coup de paddle sur l'endroit qu'il tapote, il me surprend en tapant à l'extreme opposé de là où il à tapoté... Le coup est tout aussi violent que les 3 premiers... Il revient accroupi devant moi et me dit avec son sourire bien sadique : « ça va sous merde ? » A ce moment là, il voit que j'ai quelques larmes dans les yeux... avec son index, il prend une larme sur ma joue qu'il lèche... il fait mine de gouter, me dit qu'il trouve ça bon et me promet un 5ém coup qu'il va donner de toute ses forces...

Et en effet, il prend son élan et m'explose la fesse droite... et dans la foulée, me donne le 6ème, 7ème et 8éme coup tout aussi brutalement.

A ce moment là, son interphone sonne...
« Putain ! Il est déjà 19 h 30 » s'exclame-t-il ! Il s'approche de son ordi, regarde l'horologe et dit à haute voix « 19h29 !)
Je suis toujours sur le tabouret, cul offert et vraiment en feu.
Il s'installe, envoi un message, coupe sa cam, et va répondre à son Interphone. Il décroche et je l'entend dire : « Monte et attend que je t'ouvre » puis il déverrouille la porte
Il me dit qu'il suspend la punition pour l'instant mais que je ne perds rien pour attendre ! (Je lui fais confiance pour ça !) et suis assez content de cette trêve... quoi que je me demande ce qu'elle cache...

Il m'ordonne ensuite de rentrer dans un placard mural... C'est une espèce de penderie a porte coulissante où se trouve ses pompes et quelques fringues. Il ouvre la porte, me fait rentrer dedans et me dis : « pas un mot, pas un bruit ou sinon tu dégages compris bâtard ? ». J'aboie deux fois et agite ma gueule de bas en haut pour répondre à ses exigences. « Et je compte sur toi pour me dire le nombre de coups qu'il reste... De nouveau je confirme l'ordre de Maitre Nicolas.
Il me fait coucher dans le placard et me dis : « ça va te faire un peu de compagnie mes pompes bâtard, hume ma bonne odeur ! » et il referme la porte coulissante... mais en la fermant assez fortement, la porte se ferme mais revient sur elle même... et du coup laisse passer un peu de jour... ce qui me permet de voir un peu dans la pièce.

Maitre Nicolas trie le matos sur la table basse du salon et laisse en évidence les instruments (martinet, paddle, cravache et ceinturon).

Il boit une gorgée de coca et tranquillement s'allume une clope... qu'il fume entièrement.

Une fois sa cigarette consumée, il avance dans le couloir et je l'entend ouvrir la porte d'entrée.

Pas un mot n'est prononcé.

Je profite de son éloignement pour ouvrir un peu + la porte coulissante en faisant le moins de bruit possible... afin de mieux voir... .

Au bout de quelques secondes je vois un mec suivit de Maitre Nicolas rentré dans le salon. Il est habillé d'un marcel blanc et d'un pantalon de jogging noir. Il est assez musclé, il doit avoir 28/30 ans. Le mec se met debout devant le tabouret et reste bien droit, les mains le long du corps. Maitre Nicolas prend place sur son fauteuil. Puis le mec enlève son marcel, le plie consciencieusement et dépose sur la table basse.
Je suis étonné car le mec est bien poilu sur le torse, moi qui croyait que le Maitre exigeait de ses soumis d'être totalement imberbe – il a souvent insisté là dessus lors de nos conversation comme étant une obligation pour le soumis...

Sous le regard très vicieux de Maitre Nicolas, le mec défait ses skets, les ranges à coté du marcel et il enlève son jogging qu'il plie également et dépose sur le marcel.
Là encore je constate la pilosité plutôt abondante du mec...

Il est maintenant en slip CK blanc. Il se penche en s'appuyant des deux mains sur le tabouret, écarte les cuisses et cambre son postérieur.

Tout c'est passé sans un mot, comme dans un rituel.
Maitre Nicolas à l'air satisfait, un sourire s'affiche sur son visage.
Le mec tend encore plus son cul, lève la tête assez haut et dis à haute voix : « Bonsoir Maitre Nicolas, comme tous les jeudis à 19 h, j'ai plaisir à venir mettre mon cul a votre disposition.

A ce moment là, Maitre Nicolas se lève, sans un mot il s'approche du cul du mec, il balance un pti coup de pieds a l'intérieur de la cheville pour lui faire encore plus écarté le cul. Il fait pareil avec l'autre cheville, du coup le mec repositionne son fessier (bien poilu quand même) de façon à mieux le présenter, à mieux le mettre a dispo.

Maitre Nicolas passe sa main sur le cul du mec, d'abord a travers le slip. Il le caresse, joue avec les poils qui dépassent, les tire un peu, puis tapote le « popotin » du soumis qui reste imperturbablement concentré sur la présentation de son arrière-train. Maitre Nicolas lui caresse la raie du cul et pour le coup, on dirait qu'il est doux. Il caresse aussi les cuisses, les molets, il remonte dans le dos et toujours pas de commentaires...

La petite séance de « massage » (je devrais dire de « chauffage ») dure bien 5 minutes.

Puis les caresses se font plus appuyées, et les premières claques viennent frapper son cul. Des petites baffes partout sur son postérieur, essentiellement sur le slip. Il lui « claquette » les fesses tout en lui caressant le dos. Puis une première série de claques lui baffent le cul. C'est du non stop pendant au moins 5 mm. Maitre Nicolas se colle à lui, s'excite sur sa cuisse tout en continuant à le « frappoter » (vu ce que je viens de recevoir, je me dis qu'il « frappote » ce qui n’empêche que tout ça a rendu ma teub bien dure) et plus ça va, plus les claques sont retentissante, le cul du soumis, malgré les poils devient rouge bien vif, et un quart d'heure durant, Maitre Nicolas assène des centaines de claques sur le cul, toujours recouvert du slip de « l'invité du jeudi soir 19 h ».

Il ordonne alors à son soumis de se foutre sur la table basse du salon avec son cul toujours impeccablement présenté.

Il joue a présent avec le slip du soumis en le torsadant de façon à ce que le tissus lui rentre bien dans la raie et lui enserre bien les couilles et la teub. Le mec ne bande pas vraiment, mais se donne généreusement, n'hésitant pas, à réagir à tous les coups portés à son cul.

Maitre Nicolas s'amuse même a le soulever par le slip (ah la qualité du tissus CK !) Il soulève son soumis comme on soulèverait un sac. Maitre Nicolas ne parlent pas, mais son visage exprime toujours un rictus...

 

[SUITE]

Par Sadic Arnaud - Publié dans : X-toireS - Communauté : plaisirs SM
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

KatégoriK

Chercher...

Derniers Commentaires

viSiteurS

Profil

  • Sadic Arnaud
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • gay sm fétichiste deprave sciences
  • Mon pseudonyme est un clin d'oeil à Sadi Carnot (1796-1832), physicien et ingénieur français, qui publia en 1824 "Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance"

Présentation

  • : Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • Anthropie, le blog de Sadic Arnaud.
  • : gay porno
  • : Anthropie est un mélange d'Anthrôpos (l'être humain) et d'Entropie (la mesure du désordre). Il décrit les relations d'ordre (Domination/soumission) et de désordre (fétich, déprave) essentiellement chez les mecs car je suis gay.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés